Tapez pour chercher

Cinéma News News newshome

Trois scénarios inédits de Stanley Kubrick retrouvés chez lui

Partager

Des manuscrits inachevés qui contiennent les grands motifs d‘Eyes Wide Shut: le simulacre du couple et la tentation de l’adultère.

Malgré toutes les analyses et théories qui courent autour de l’oeuvre de Stanley Kubrick, il faut se rendre à l’évidence: ses films sont des coffres-forts inviolables, et renferment des secrets qui mettront longtemps à émerger. Une aura mystérieuse qui ne va faire que s’épaissir, puisque 20 ans tout pile après la mort du cinéaste -et la sortie du film posthume Eyes Wide Shut– des scénarios inachevés datant du début de sa carrière viennent d’être retrouvés. Hasard de calendrier? Certains y verront sûrement un alignement de planètes, un message kubrickien à décrypter d’urgence, sous peine de manquer des indices essentiels à la compréhension globale de son oeuvre. Dénichées par The Guardian, ces ébauches retrouvées dans l’ancienne maison de Kubrick ont été écrites entre 1954 et 1956, avant que sa carrière explose.

Point commun de ces trois scripts inachevés: ils tournent tous autour de la trahison conjugale, du mariage déliquescent, du conflit et de la lassitude au sein du couple. Intéressant quand on repense à la trame paranoïaque et pleine de mirages érotiques de son ultime film Eyes Wide Shut, qui questionnait le fantasme de l’adultère à travers l’errance nocturne du personnage de Tom Cruise, dévoré par l’idée que sa femme ait envisagé de le tromper. Des réflexions qui feraient écho à une période troublée de la vie sentimentale de Kubrick, alors enlisé dans un mariage tumultueux avec l’artiste Ruth Sobotka. Les quelques extraits qui ont fuité contiennent clairement les germes de ce qui constituera Eyes Wide Shut -l’intimité conduisant à l’ennui, le mariage comme territoire inquiétant et liberticide- et ressemblent plus à un journal intime qu’à un scénario.

On vous citera pour finir un de nos passages préférés, issu du manuscrit Married Man, parce qu’il synthétise autant la cruauté misanthrope de Stanley Kubrick que son génie pour le spleen et le désenchantement:“Le mariage est comme un long repas avec le dessert servi au début… Pouvez-vous imaginer les horreurs de vivre avec une femme qui s’attache à vous comme une ventouse en caoutchouc, dont toute la vie tourne autour de vous matin, midi et soir? C’est comme se noyer dans une mer de plumes. Plonger de plus en plus profondément dans les profondeurs douces et suffocantes de l’habitude et de la familiarité. Si seulement elle se défendait. Sois en colère ou jalouse, même juste une fois.”

Image: Copyright John Springer Collection/CORBIS

Tags:

Vous pourriez être intéressé par