Déroutant, impétueux, Les Derniers Jedi met la saga Star Wars sens dessus dessous et parvient à déjouer toutes les attentes. De bon augure pour le chapitre final.


Rian Johnson venait à peine de célébrer ses quarante ans, quand il reçut des studios Disney son plus beau cadeau d’anniversaire : la réalisation du second épisode de la nouvelle trilogie Star Wars, lancée sur les chapeaux de roue par le grand contre-maître de l’entertainment, JJ Abrams. Or, on le sait depuis l’éviction de Josh Trank (disparu avec le projet Boba Fett), puis celle du tandem Phil Lord/Chris Miller (remplacé en plein tournage du spin-off sur Han Solo) et dernièrement celle de Colin Trevorrow (qui devra laisser sa place à King Abrams pour l’épisode 9), ce poste de prestige dissimule en vérité un siège éjectable. Avec à peine trois films au compteur, Rian Johnson savait donc que le ratage n’était pas une option. Du reste, il y avait beaucoup à faire : d’abord, entretenir l’énergie galvanisante du précédent ; ensuite, complexifier les rapports de force ; enfin, redéfinir les perspectives en vue du feu d’artifice final.

Plus imprévisible que Le Réveil de la Force, plus chaotique aussi, Les Derniers Jedi entrelace ainsi les destinées encore incertaines des nouvelles têtes (Rey, la guerrière orpheline ; Kylo Ren, l’héritier ombrageux) avec celles de plus en plus esquintées des figures tutélaires (Luke, le maitre démissionnaire ; Leia, la meneuse vieillissante – dont on sait, puisque son interprète Carrie Fisher nous a quitté, qu’elle pourra difficilement assumer son rôle dans le prochain film). C’est l’honneur et le fardeau de ces épisodes trait d’union, qui peuvent à loisir jouer la carte de l’indécision, de l’écartèlement, sans jamais avoir le droit de pousser cette ambiguïté jusqu’au bout. Condamné à œuvrer sur ce point de bascule, Johnson trouve cependant l’équilibre adéquat en mêlant intelligemment déférence et audace, remplissant humblement son cahier des charges tout en aménageant de pures séquences iconoclastes, qui arrachent le mythe de son sanctuaire pour en rénover brutalement les enjeux. Au point, d’ailleurs, d’avoir convaincu Disney de lui confier les rênes de la totalité de la future trilogie. C’est dire si la franchise en garde sous le coude.


Les Derniers Jedi de Rian Johnson
Walt Disney Studios Motion Pictures International
2h32
Sortie le 13 décembre