Simon (Félix Moati) va devenir père et veut prouver à Rivka (Mélanie Bernier) que, malgré ses problèmes psychiatriques, il pourra s’occuper de leur futur enfant. Il va lui montrer qu’il sait être responsable en tentant de raisonner Théodore, un ado dont Rivka est le rabbin et qui a pris la fuite en plein Paris, furieux que son père ne soit pas venu à sa bar-mitzvah… Après Let My People Go, un premier long métrage qui combinait excentricité façon Pedro Almodóvar et humour juif à la Woody Allen, Mikael Buch revient avec une comédie malicieuse et sophistiquée qui évoque plutôt les derniers films d’Axelle Ropert (Tirez la langue, mademoiselle). À sa manière, il sait instiller de purs instants de mélancolie lunaire dans une intrigue qui fait souvent sourire. Avec empathie, il prend soin de saisir tout à la fois la fantaisie et les blessures de chacun de ses personnages (y compris les secondaires: le cinéaste révèle, par exemple, toute la densité de jeu d’Audrey Lamy – la mère de Théodore – que l’on n’avait jamais vu aussi émouvante.) C’est surtout cette grande attention portée à ses héros allumés et lumineux qui rend le film si généreux et attachant.


de Mikael Buch
Rezo Films (1 h 24)
Sortie le 15 novembre