Tapez pour chercher

Cinéma

Silent Voice de Naoko Yamada : précieuse délivrance

Partager

Le film d’animation tiré du manga à succès de Yoshitoki Ōima – une histoire de chute et de rédemption – arrive enfin en France, deux ans après sa sortie au Japon. La vie d’Ishida, un collégien agité, bascule avec l’arrivée de Nishimiya, une élève atteinte de surdité. Pour amuser la galerie, le garçon multiplie les moqueries, et détruit un cahier dont elle ne se sépare jamais. Cette situation conduit la jeune fille à changer d’école. Tenu pour responsable, Ishida est mis au ban par ses camarades. Quelques années plus tard, dépressif et suicidaire, le jeune homme n’a plus qu’une idée en tête : se faire pardonner… Si le pitch peut sembler tire-larmes, le spectateur n’est jamais mené en bateau. Car si le handicap et le harcèlement sont des thèmes forts de l’œuvre, ils constituent surtout la toile de fond d’une histoire de rédemption et d’ouverture aux autres. Un canevas agrémenté de jolies trouvailles visuelles – quand Ishida se referme sur lui-même, des croix se superposent au visage des autres pour signifier leur perte d’identité à ses yeux. Cette expressivité, alliée à un découpage nerveux, achève de donner au film un dynamisme rafraîchissant. • GUILLAUME LAGUINIER

: de Naoko Yamada
Art House (2 h 05)
Sortie le 22 août

Tags:

Vous pourriez être intéressé par