Tapez pour chercher

Cinéma entretienshome

Règle de trois: Swann Arlaud

Partager

Après son César du meilleur acteur pour Petit paysan, le premier film d’Hubert Charuel, le prolifique Swann Arlaud continue de jouer devant la caméra de jeunes cinéastes. Cet été, il campe un gendarme déboussolé dans Perdrix d’Erwan Le Duc. L’acteur, à l’allure d’éternel jeune premier, a répondu à notre questionnaire cinéphile.

Tes trois flics favoris au cinéma?

Le lieutenant Smicer dans Perdrix, interprété par Alexandre Steiger. C’était une joie de jouer avec lui : il a la discrétion des gens brillants et un humour qui frôle le génie. L’officier Bauer dans Tchao pantin, campé par Philippe Léotard. Il est sur le fil, il n’a rien d’un flic et ne cherche pas à jouer la fonction; il l’est, et on y croit absolument. Il n’y a plus beaucoup d’acteurs comme lui. Et Marge dans Fargo, campée par Frances McDormand. J’ai tout de suite pensé à elle avant de jouer mon rôle de gendarme. Elle n’a l’air de rien; pourtant elle comprend tout, presque sans jugement. Comme souvent chez les frères Coen, il arrive des choses extraordinaires à des personnages ordinaires.

—> A lire aussi: Notre critique de Perdrix

3 acteurs qui t’inspirent?

Michel Serrault, pour sa folie et sa liberté, avec son physique d’une apparente normalité, sa voix inimitable. Benoît Poelvoorde aussi. Il peut tout jouer et il a une capacité à être dedans immédiatement alors que la seconde d’avant il faisait marrer toute l’équipe. Il a une grande tendresse et un amour des gens. Et François Morel, qui est dément d’invention, de poésie, et qui a bercé mon adolescence avec Les Deschiens.

3 cinéastes pour qui tu aimerais tourner?

Xavier Dolan. Il sait filmer les acteurs – il est d’ailleurs lui-même très bon comédien. Les thèmes qu’il aborde me parlent: la complexité des liens familiaux, amoureux, ce gouffre qui n’empêche pas l’amour mais qui empêche peut-être tout le reste. Valeria Bruni Tedeschi. Je me souviens d’elle dans Les gens normaux n’ont rien d’exceptionnels. Elle m’a toujours beaucoup touché, comme les films qu’elle a réalisés depuis. Elle transforme avec humour et poésie des choses vécues, leur arrache quelques moments de grâce. Noémie Lvovsky. J’avais passé des essais pour Camille redouble, je n’avais pas eu le rôle et je me souviens avoir été très déçu. Mais quand j’ai vu Samir Guesmi dans le rôle, j’ai compris : y avait pas photo. J’ai adoré le film.

3 cinéastes taillés pour un film sur les gilets jaunes?

Ken Loach, pour comprendre ce qu’ils vivent et en pleurer. Antonin Peretjatko, pour montrer le décalage entre nos dirigeants et la réalité puis en rire. Matthieu Bareyre, pour leur donner la parole. Il a réalisé L’Époque, un très beau documentaire [sorti en avril, ndrl] dans lequel il rencontre de jeunes gens, la nuit, dans les rues de Paris et en banlieue.

«Perdrix» d’Erwan Le Duc, Pyramide (1h39), sortie le 14 août.
Image: Copyright Pyramide Distribution et PolyGram Film Distribution

Tags:

Vous pourriez être intéressé par