À l'occasion du 67e festival de Berlin, du 9 au 19 février, petit tour d'horizon des films plus excitants de cette nouvelle édition présidée par Paul Verhoeven.


On the Beach at Night Alone de Hong Sang-soo

Alors que son dernier long métrage Yourself and Yours vient de sortir sur les écrans français, le prolifique cinéaste coréen (minimum un film par an) présentera en sélection officielle son nouveau film On the Beach at Night Alone. Les premières images et le synopsis minimaliste du film (« Une femme commence à avoir des doutes sur sa relation avec un homme marié« ) nous laissent penser que le réalisateur d’In another country est bel et bien resté fidèle à sa méthode, celle qui consiste à partir d’un même canevas – une jeune fille (probablement étudiante ?), un homme (cinéaste ?), des repas arrosés (au soju bien sûr) et des entrelacs amoureux –  pour y ajouter de subtiles et souvent étonnantes variations.

Ana, mon amour de Calin Peter Netzer

ana

Après Mère et fils qui lui avait valu l’Ours d’argent lors de la 63e édition du festival en 2013, le cinéaste roumain Calin Peter Netzer est de retour à Berlin avec Ana, mon amour, une romance au bord de la rupture entre deux jeunes Bucarestois modernes et cultivés, annoncée comme « une plongée profonde, parfois drôle, dans les arcanes, charnelles, intellectuelles et affectives d’un couple contemporain. »

Django d’Etienne Comar

Django-du-Francais-Etienne-Comar-en-ouverture-de-la-Berlinale-2017

C’est sur ce biopic consacré au musicien de jazz manouche qui ne jouait qu’avec trois doigts que s’ouvriront les festivités de cette nouvelle édition. Django, dont le rôle titre est incarné par Reda Kateb, est la première réalisation d’Etienne Comar, jusque-là scénariste pour Xavier Beauvois ou Maïwenn mais également producteur. Le film, inspiré du roman d’Alexis Salako Folles de Django, paru en 2013, suivra le musicien durant un an de sa vie, pendant l’Occupation.

Félicité d’Alain Gomis

felicite

Après trois longs métrages salués par la critique (L’Afrance en 2002, qui avait reçu à l’époque le Léopard d’argent du meilleur premier film au festival de Locarno, Andalucia en 2008 et Aujourd’hui en 2013), le cinéaste franco-sénégalais présentera en compétition officielle, Félicité, l’histoire d’une chanteuse dont la vie est chamboulée après que son fils de 14 ans est victime d’un accident de moto.

L’autre côté de l’espoir d’Aki Kaurismäki

k

Après Le Havre, prix Louis Delluc 2011, le cinéaste finlandais Aki Kaurismaki foulera lui aussi le tapis rouge de la Berlinale avec L’autre côté de l’espoir, l’histoire croisée de Wikhström, un quinquagénaire, qui décide de tout plaquer (son boulot et sa femme alcoolique) pour ouvrir un resto, et celui de Khaled, un jeune réfugié syrien arrivé à Helsinki.

Colo de Teresa Villaverde

colo

Deux après Les ponts de Sarajevo, un documentaire qui mêlait le regard de treize cinéastes européens (Sergei Loznitsa, Cristi Puiu, Ursula Meier ou encore Jean-Luc Godard) sur leur vision de la ville de Sarajevo, et vingt cinq ans ans après son premier long métrage, Alex, la cinéaste portugaise présentera Colo, un film qui sera, selon la réalisatrice (qui en a parlé à Cineuropa) une « réflexion contemporaine et presque sereine sur la voie que les sociétés européennes sont en train d’emprunter, sur notre isolement, sur notre perplexité quant aux difficultés à venir, sur nos vies en ville et dans nos familles« .

The Dinner d’Oren Moverman

time-out-of-mind

Le réalisateur israélien Oren Moverman, également scénariste sur I’m Not There de Todd Haynes ou Love & Mercy de Bill Pohlad, fait également partie de la compétition avec The Dinner, son cinquième long métrage avec Steve Coogan, Laura Linney, Rebecca Hall, Richard Gere ou encore Chloë Sevigny. Le film est décrit comme l’adaptation du livre éponyme d’Herman Koch, l’histoire de quatre parents dévoués à leurs enfants, qui se retrouvent avec un meurtre sur les bras.

The Party de Sally Potter

sp

Avec son nouveau film The Party,  la réalisatrice anglaise Sally Potter se rendra elle aussi à Berlin. Au programme : un casting alléchant porté par Cillian Murphy, Emily Mortimer, Patricia Clarkson ou encore Kristin Scott Thomas, et un film décrit comme « une comédie qui tourne autour d’une tragédie. Cela commence comme une célébration et se finit avec du sang par terre. » Beau programme.

The Misandrists de Bruce LaBruce

1173300

La section Panorama, qui réunit les productions indépendantes et d’art et essai, soit l’équivalent d’un « Certain Regard » à Cannes, accueillera le nouveau long métrage de Bruce LaBruce, icône du cinéma queer. Intitulé The Misandrists et tourné à Berlin, le film suivra l’histoire d’un groupe de féministes ultra-radicales. C’est la première fois que LaBruce fait appel à un casting exclusivement féminin.

Barrage de Laura Schroeder

barrage_2_film_lightbox_gallery

Si Isabelle Huppert ne pourra se rendre à Berlin (campagne des Oscars oblige), elle sera tout de même à l’affiche de Barrage, le deuxième long métrage de Laura Schroeder (après The Secret of Melusina) présenté au Forum. On la retrouvera aux côtés de sa fille Lolita Chammah. L’histoire d’une jeune trentenaire (Chammah) qui retourne chez elle pour retrouver sa fille qu’elle avait confié à sa mère (Huppert) dix ans plus tôt. Lolita Chammah sera également à l’affiche du deuxième long métrage d’Elise Girard, Drôles d’oiseaux (toujours au Forum), six ans après Belleville Tokyo.

Lost City of Z de James Gray

Quatre ans après The Immigrant, présenté à Cannes en mai 2013, c’est à Berlin que James Gray présentera son nouveau film Lost City of Z. Loin des quartiers de New-York dans lesquels se déroulaient bon nombre de ses longs métrages précédents, c’est en pleine Amazonie que le réalisateur américain ancre son récit, l’histoire de Percival Harrisson Fawcett (Harlie Hunnam) un explorateur britannique qui, dans les années 1900 est envoyé en pleine jungle amazonienne pour cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. Lost City of Z, avec également Robert Pattinson et Sienna Miller, sera présenté en hors compétition.

Logan de James Mangold

Enfin les festivaliers auront le grand privilège de découvrir en avant première et en hors compétition, les énièmes aventures du très musculeux Logan aka Wolverine (Hugh Jackman) dans Logan de James Mangold. Pour les autres, rassurez-vous le film sort en salles, le 1er mars prochain. Ouf !