Tapez pour chercher

Cinéma sortieshome

CRITIQUE : Lourdes

Partager

N’étant jamais allés à Lourdes avant d’y réaliser ce documentaire, Thierry Demaizière et Alban Teurlai (Relève. Histoire d’une création) suivent sans idée préconçue divers pèlerins venus séjourner auprès du rocher de la grotte. Pour saisir ce que chacun recherche intimement en ces lieux, leur caméra observe des travestis du bois de Boulogne, des gitans, un militaire accompagné de son fils, des personnes paralysées… Au-delà de leur rapport à la religion et à la foi, ces êtres souffrants partagent un même besoin d’affronter l’angoisse de la solitude et la rudesse d’une société qui tend quotidiennement à dissimuler les corps infirmes. À Lourdes, les blessures peuvent au contraire être célébrées, parfois avec joie et humour. S’il touche à l’universel par son remarquable sens de l’empathie, le film offre aussi des images impressionnantes, comme ces immersions de pèlerins dans des bains froids qui requièrent l’aide d’un vaste personnel. Avec ces séquences dans lesquelles les obstacles physiques, moraux et logistiques sont allègrement franchis, Lourdes réactive la grâce originelle du cinéma en faisant apparaître des sensations et des visions inédites.

Lourdes, de Thierry Demaizière et Alban Teurlai, Mars Films (1h31), sortie le 8 mai
Crédit photo : Copyright Mars Films

Tags:

Vous pourriez être intéressé par