Après la comédie décalée et mélancolique Tristesse club (2014), Vincent Mariette prend un nouveau tournant avec ce thriller à la lisière du fantastique. 
Il installe son récit dans un camping en Dordogne, au plus fort de l’été. Laura (Lily-Rose Depp), 17 ans, goûte peu aux soirées arrosées qu’elle observe avec distance. Un matin, elle apprend qu’un garçon qu’elle a repoussé la veille s’est évaporé. Cette disparition coïncide étrangement avec le témoignage de campeurs qui ont entendu des rugissements… Laura repère alors un écrivain taciturne et énigmatique (surprenant Laurent Lafitte). Séduite, elle se rapproche de lui, et tous deux partent en quête du mystérieux animal. Imprégné dans sa mise en scène par l’imagerie sauvage du fauve (des yeux rouges qui percent la nuit, des sons animaliers…), le film noctambule de Mariette lorgne du côté de Roman Polanski, faisant surgir de la psyché de ses héros une fascinante attirance pour le mal. Sans jouer à outrance sur son potentiel sulfureux, il restitue superbement les fantasmes qui peuvent germer dans la tête d’adolescents désirant échapper à la réalité.