Dans son podcast enjoué et passionnant, La Poudre, l’ancienne journaliste de Elle discute avec des femmes – artistes, politiques, intellectuelles – de leur vie, de leur carrière, et de leur rapport à la féminité. Avec nous, elle a parlé cinéma.


L’actrice que tu admirais à 13 ans?
Alicia Silverstone dans les clips d’Aerosmith, où elle était avec Liv Tyler, en short en jean, à draguer des mecs, à piquer des trucs dans les magasins, à se percer le nombril – j’ai tout fait pareil ! Et puis dans Clueless. C’est vraiment un film culte. Je l’ai revu récemment, et ça a hyper bien vieilli – je l’ai même trouvé carrément féministe !

Le film que tu as vu trois cents fois ?
Les Demoiselles de Rochefort. Je le connais par cœur, je peux réciter tous les dialogues et toutes les chansons. D’ailleurs, il y a une réplique du film dans le générique de La Poudre.

Trois réalisatrices que tu aurais aimé interviewer pour La Poudre ?
Delphine Seyrig – je suis fascinée par sa beauté, son étrangeté, sa radicalité féministe… Elle a fait beaucoup pour le droit à l’IVG, et elle a réalisé un docu complètement culte, Sois belle et tais-toi ! J’ai découvert récemment Alice Guy, une réalisatrice du tournant du xxe siècle qui a été complètement invisibilisée, alors que c’était l’une des pionnières du cinéma – ils étaient trois à faire des films à l’époque ! Ses films étaient très engagés, elle mettait en scène les femmes de manière dégenrée avec un grand sens de l’humour, très satirique par rapport au comique un peu con-con des films muets de l’époque. Et Ava DuVernay, pour son côté pionnier aussi – c’est l’une des premières réalisatrices noires à travailler sur une grosse production, à avoir été aux Golden Globe pour Selma, un film que j’adore.

Le film sexiste que tu n’as pas pu regarder plus de trois minutes ?
Y en a plein, mais la série des Very Bad Trip, c’est vraiment au-dessus de mes forces.

Les trois films qui ont bercé ton enfance ?
J’ai été biberonnée au Roi et l’Oiseau, qui est un vrai chef-d’œuvre. Je l’ai racheté pour mes enfants, et je me suis rendu compte à quel point Hayao Miyazaki avait été influencé par Paul Grimault – certains motifs, tout le côté dystopique… Le Magicien d’Oz, ma VHS était complètement flinguée tellement je l’ai regardée. Et Le Roi lion, le meilleur Disney pour moi – « Papa, papa… Réveille-toi… », ça marche à chaque fois.

Trois héroïnes de film avec qui tu aimerais partir en vacances cet été ?
Dounia et Maimouna, les meufs de Divines – elles sont trop cools, il y a une vérité dingue dans ces personnages. Je me verrais bien avec elles à flamber à L.A. Sinon sur une île grecque, dans une maison au bord d’une plage déserte avec Carol, l’héroïne du film de Todd Haynes, jouée par Cate Blanchett.


www.nouvellesecoutes.fr/la-poudre