Le jeune cinéma français n’a plus peur de rien. Ces six cinéastes émergents explorent les recoins sombres et bigarrés du cinéma de genre, mêlant les influences et les audaces – monstres creepy, pénis déchaînés et giclées d’hémoglobine... Ça va saigner.


HOLY FATMApleaseme

Monstre sacré : Tim Burton

Éclosion : Please Love Me Forever ausculte la relation toxique entre une jeune albinos solitaire et sa mère, qui remplace des morceaux entiers de son corps pour rester jeune. Pop, démesuré, le court métrage de Holy Fatma ravit par sa mise en scène ambitieuse et son merveilleux teinté d’horreur.

En gestation : Dolores, un court métrage tragicomique avec une pointe de fantastique, et Zahra et les morts, un long métrage sur une fillette qui perd brusquement son père puis part le rechercher dans le monde des morts.

BRUCE
pornation

Monstre sacré : David Cronenberg

Éclosion : Sweeter than roses, un porno zombie réalisé à La Fémis. Depuis, bruce a dirigé d’ambitieux spots de prévention pour les trans et a continué de travailler sur le porno avec des films courts comme Pornation, montage surréaliste, cul et parfois kitsch d’images fantasmées par un homme qui se masturbe.

En gestation : Entre un film d’anticipation zoophile, un péplum queer et une romance humain/machine, bruce travaille sur un court métrage évoquant la résistance d’un couple de femmes artistes contre les nazis sur l’île de Jersey.

QUARXXcielbleu

Monstre sacré : Gaspar Noé

Éclosion : Un ciel bleu presque parfait, moyen métrage dérangeant sur un ouvrier qui tente de communiquer avec les aliens alors qu’il s’occupe seul de sa sœur handicapée à la campagne. Trash sans être gratuit, le film de Quarxx explore avec acuité la paranoïa à coup d’images qui bousculent.

En gestation : L’adaptation en long métrage d’Un ciel bleu presque parfait dont le tournage est prévu cet été, avec toujours le Belge barré Jean-Luc Couchard dans le rôle principal, pour une sortie en salles escomptée en 2018.

JEAN-BAPTISTE SAURELaquabike

Monstre sacré : Quentin Tarantino

Éclosion : La Bifle, claque de la Semaine de la critique à Cannes en 2012, a permis à Jean-Baptiste Saurel de se faire un nom. Depuis, ce diplômé en réalisation de La Fémis a accouché d’autres courts métrages (Aquabike, Rétrosexe) qui dynamitent les tabous sexuels à grand renfort de codes de la série B.

En gestation : Pop-Corn. La légende du guerrier sexuel, long métrage adapté de La Bifle, soit une « kung-fu comédie sur un traumatisé de la première fois qui va se réconcilier avec ses vieux démons pour réconcilier les sexes ».

LÉA MYSIUScadavreexquis

Monstre sacré : Charles Laughton

Éclosion : Cadavre exquis, hypnotique premier court métrage dans lequel une petite fille de 8 ans trouve un cadavre de femme qu’elle ramène dans sa cabane pour le laver et l’ausculter. À 27 ans, Léa Mysius s’imprègne de différents genres et mélange les codes pour composer un cinéma inquiet et singulier.

En gestation : Le long métrage Ava, actuellement en postproduction, sur une fille de 13 ans qui apprend qu’elle va perdre la vue plus vite que prévu, et qui se situe à la frontière entre naturalisme, conte et film policier.

VINCENT LE PORTlegouffre

Monstre sacré : Jacques Tourneur

Éclosion : Le Gouffre, sidérant moyen métrage en noir et blanc sur une jeune gardienne de camping en Bretagne qui s’aventure dans l’antre d’un monstre pour retrouver une petite fille sourde. L’éclectique Vincent Le Port, formé à La Fémis, tisse une subtile fable sur l’exclusion, baignée du folklore de sa terre natale.

En gestation : Un long métrage, Bruno Reidal, basé sur un fait divers qui a remué le Cantal en 1905 : un séminariste de 17 ans a décapité un enfant de 12 ans avant de se livrer aux autorités et de rédiger ses mémoires