Le hardeur HPG épuise les ressorts de l’autofiction dans Les Mouvements du bassin. Son deuxième long métrage, avec Éric Cantona, Rachida Brakni et Joana Preiss, est un portrait âpre et masochiste où son corps burlesque, pourtant habitué aux va-et-vient, éprouve la difficulté de se déplacer au milieu des autres. Échauffement en cinq mouvements.


« Quand j’étais petit, je voulais qu’on me suive à vélo. J’étais toujours derrière ou devant, jamais parmi le groupe. »(Hervé dans Les Mouvements du bassin)
Dans mes films X, je me flatte constamment à force de turgescence, alors maintenant je travaille mes faiblesses. Je voulais m’écarter de l’autofiction en regardant des personnages qui ne vivaient pas comme moi, pour devenir moins con. En écrivant sur le désir d’avoir un enfant, je ne savais pas que j’allais moi-même être confronté à ces événements. Le film en devient plus fragile : les coups de pied d’un bébé seront toujours plus forts qu’un gros coup de latte de Jérôme Le Banner (qui joue dans le film -ndlr).

« Le cinéma, c’est un sport de riche. » (HPG dans la revue Capricci, juin 2012)
Dans le traditionnel, on voue un culte aux acteurs alors qu’ils ont appris la souffrance à côté d’un radiateur au cours Florent : ils se contentent d’imiter au lieu d’être. Gwenaëlle Baïd, la directrice de casting, m’a aidé à trouver des comédiens sans fierté mal placée, avec beaucoup de technique. Mais l’ambiance était exécrable sur le tournage : aucune histoire de sexe (trente jours d’abstinence pour un acteur porno, c’est long !), et je me suis aussi fâché avec le premier assistant, un petit bourge quasiment vierge qui ne comprenait pas mon humour. Vider les poubelles sur un plateau de cinquante personnes, ça ne me fait pas peur, je me sens plus proche du type qui récure les toilettes que du chef opérateur. Quoique j’adore plastronner en smoking dans les festivals, tout le monde croit que je suis videur ou garde du corps. Disons que je crache dans la soupe et que je la bouffe après.

19706999-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

« Ne jamais confondre mouvement et action. » (Ernest Hemingway cité dans Papa Hemingway de A. E. Hotchner)
Mes personnages sont mus par leurs instincts, ils tentent de sortir d’eux-mêmes. Dans une séquence, je me défoule en tapant sur un mannequin : il bouge avec une grande facilité, et je découvre que cette aisance provient de son mouvement de bassin ; c’est à ce moment-là que je trouve ma propre force pour avancer. Parfois, je confère une humanité aux objets, je suis en symbiose avec une partie non vivante et je la serre comme si c’était un ami. Attention, je ne suis pas non plus un abruti qui parle aux arbres ou à sa caméra.

« Nous sommes des singes qui avons renoncé à nos jolies gambades. »(Voltaire, extrait d’une lettre à Madame du Boccage)
L’un des meilleurs acteurs du film, c’est l’orang-outan. Je me sens parfois pataud dans la vie et j’ai retrouvé ce caractère animal dans les yeux d’un singe. J’ai dirigé certains comédiens pour qu’ils se déplacent lourdement, comme des primates. Les singes exercent sur moi une sorte de fascination, les scènes avec eux sont des plages de détente, de respiration. Quand je les fixe, ils paraissent aussi bas du plafond que moi.

19707007-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

« Vous croisez au moins cinquante machines à baiser dès que vous posez le pied sur n’importe quel trottoir d’Amérique – seule différence : dans la rue, elle se prennent pour des êtres humains. » (Extrait de Contes de la Folie Ordinaire de Charles Bukowski)
Je ne fais aucune distinction entre ma vie privée et ma vie publique, encore moins entre le traditionnel et le porno. Que je dirige Cantona ou une actrice de hard, c’est le même principe, et je les respecte autant. Dans le milieu du X, on trouve une grande quantité de réalisateurs médiocres, comme dans le cinéma d’auteur, d’ailleurs. Je ne suis pas un artiste obsédé par son art : ce que je veux, c’est coucher avec toute la planète art et essai, cet aspect ludique est fondamental. Mais tant qu’il y aura des banquettes et des physiques ingrats, je resterai fidèle à mon premier métier.


Les Mouvements du bassin de HPG
avec :  Éric Cantona, Joana Preiss…
sortie : 26 septembre