Tapez pour chercher

Cannes Cinéma newscannes Sorties sortieshome

CANNES: “Port Authority” de Danielle Lessovitz, à Un Certain Regard

Partager

Dans la section Un Certain Regard, la cinéaste new-yorkaise Danielle Lessovitz arpente les rues de sa ville avec ce premier film prometteur, dans lequel un jeune homme tombe amoureux d’une membre de la ballroom community.

Dans la lignée de Mobile Homes (Vladimir de Fontenay, 2018), coécrit par Danielle Lessovitz et qui montrait un couple d’outcasts sillonnant l’Amérique, Port Authority suit les pas d’un jeune paumé, Paul (Fionn Whitehead, force tranquille repérée dans Dunkerque de Christopher Nolan en 2017), qui débarque à New-York dans l’espoir de changer de vie. Sauf que sa sœur lui claque la porte au nez, puis qu’il se voit contraint d’expulser des familles de leur foyer afin de pouvoir payer le sien. C’est sa rencontre avec Wye (l’icône LGBTQ Leyna Bloom), une jeune femme évoluant dans la communauté ballroom, qui va symboliser pour lui ce désir de renouveau.

Prolongeant par sa mise en scène le mouvement de ces jeunes qui ne tiennent pas en place, Port Authority s’inscrit dans un cinéma social US habité par la débauche d’énergie (on pense à Mad Love in New York des frères Safdie, en 2016). Lessovitz tire de l’univers des ballrooms et de leur danse, le voguing, l’exemple d’une émancipation découlant de l’acceptation de son propre corps et de celui des autres. Parce qu’il s’est épris d’une femme dont il ignorait la transidentité, le chemin qui attend Paul, avatar de la norme socialement dominante, est en fait celle qu’il doit mener vers sa propre identité. 

Port Authority Danielle Lessovitz, Madeleine Films (1h34).
Photo d’ouverture: Copyright Madeleine Films

Tags:

Vous pourriez être intéressé par