Avec son album Cannibale, la musicienne, fille d’Elli et Jacno, creuse une esthétique synthétique et inquiétante qui l’a naturellement amenée à collaborer avec le réalisateur Bertrand Mandico (qui a signé son clip Apprivoisé). On s’est dit qu’elle devait être cinéphile et on ne s’est pas trompés.


Trois films qui pourraient décrire l’ambiance de ton album ?
Mon disque parle notamment de la manière dont le rapport amoureux nous cannibalise, donc je dirais Le Bal des vampires de Roman Polanski, qui résonne pas mal avec cette thématique. J’aime beaucoup la BO et les couleurs sur-saturées. Les peaux sont très blanches, le sang est très rouge. Ensuite Inauguration Of The Pleasure Dome de Kenneth Anger : cette esthétique onirique et folle m’emporte. Et sinon, je dirais Emmanuelle de Jack Jaeckin parce qu’il y a aussi un côté BO de films érotiques des années 1970 et j’imagine bien ses images défiler sur ma musique.

Trois plans qui t’ont marquée ?
Dans 2001, l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick, il y en a plein de fascinants. Mais je dirais celui à la fin, quand le héros est dans le vaisseau, qu’il hurle de souffrance tandis que des lumières multicolores se reflètent sur son casque. C’est à la fois morbide et très beau. Un autre dans Pola X de Leos Carax, quand Guillaume Depardieu porte une femme nue dans une rivière de sang. Carax, pour moi, c’est un des réalisateurs qui a fait les plus fortes propositions esthétiques dans le cinéma français. Et puis, un plan dans Y’a-t-il une vierge encore vivante ? de Bertrand Mandico. Quand les yeux d’un chevalier sortent de leurs orbites pour aller longer le corps d’une vierge assoupie près de l’eau. Ce n’est pas glauque ou sanguinaire, c’est juste magnifique.

Trois films trop méconnus que tu aimerais faire découvrir ?
Histoire de fantômes chinois de Ching Siu-tung. Je le regardais tout le temps quand j’étais adolescente : j’adorais son côté psychédélique et gore. Sinon, je ne résiste pas à encore citer les films de Bertrand Mandico, je suis fan de sa trilogie Hormona. C’est très sensuel, souvent étrange, et son travail sur la couleur me parle beaucoup. C’est un des derniers poètes de l’image. Enfin, Showgirls de Paul Verhoeven. Aujourd’hui ce film est un peu culte, mais je me souviens que, quand je l’ai découvert quasiment à sa sortie, tout le monde disait que c’était ringard. Moi, j’avais été choquée par certaines scènes parce que je l’ai vu trop jeune.

Trois personnages de films dont tu pourrais tomber amoureuse ?
Le visiteur dans Théorème de Pier Paolo Pasolini. Terrence Stamp dans ce film il est… On le regarde, on est attiré par lui, on tombe amoureux. Dracula, tous les Dracula du cinéma, enfin peut-être plus celui du film de Francis Ford Coppola, parce que j’ai l’impression que c’est un film sous-estimé. Et puis Antoine Doinel parce qu’il est trop chou.


Cannibale
de Calypso Valois [PIAS] Le Label
En concert le 14 mars à la Maroquinerie, Paris et en tournée