Après Good Night and Good Luck, retour aux fifties pour George Clooney, qui adapte ici un scénario des frères Coen – une sorte de remake ensoleillé de Fargo, projeté dans l’onctuosité factice d’une zone suburbaine. Bien sous tous rapports, la banlieue pavillonnaire de Suburbicon est en vérité vermoulue de l’intérieur: grattez le vernis de la carte postale, et vous trouverez irrémédiablement une tache – des voisins racistes, un mari infidèle, une sœur criminelle, au mieux, des hommes veules. Comme de juste, le rêve américain va donc progressivement virer au cauchemar, tandis qu’entre les murs des foyers les cadavres s’amoncellent. Les talents de copiste du réalisateur de Jeux de dupes ne sont plus à prouver et, sans être à la hauteur des frangins modèles, son jeu de massacre sur fond d’hystérie raciste (on pense forcément aux récents événements de Charlottesville) fait feu de tout bois pour pallier ses menues défaillances, bien aidé dans son entreprise par un casting de gala – en épouvantails WASP, Matt Damon, Julianne Moore et Oscar Isaac sont parfaits.


de George Clooney Metropolitan FilmExport (1h44)
Sortie le 6 décembre