Après cinq albums avec son groupe Gossip, l'explosive chanteuse américaine de 36 ans se lance en solo avec le pop et énergique Fake Sugar, qui sort le 16 juin. Elle a répondu avec une grande jovialité à notre questionnaire cinéphile.


Trois scènes de films qui décrivent le ton et l’énergie de ton premier album solo ?
Beignets de tomates vertes de Jon Avnet – la scène où Idgie et Ruth sont saoules au bord de la rivière et se disent qu’elles s’aiment. L’écriture de l’album a été un mélange d’émotions douces et complexes, de perte et de joie, et c’est ce que cette scène me rappelle. Il y aussi, dans Rose Bonbon d’Howard Deutch [Pretty in Pink en V.O, ndlr], quand Ducky débarque dans le magasin de disques et se lance dans un GÉNIAL lip dub dansé sur « Try a Little Tenderness » d’Otis Redding. Il donne tout, il est passionné, super vulnérable et tellement cool !

Trois films qui ont compté pendant ta jeunesse en Arkansas ?
Mary Poppins : j’étais obsédée par ce rôle de femme super puissante, le film m’apaisait beaucoup. La musique est fantastique, Mary Poppins est une dure-à-cuire mais elle est aussi très drôle et gracieuse. Rose Bonbon est aussi très important pour moi – je le regardais tout le temps avec ma meilleure amie Jeri. J’adorais les scènes de couture, la créativité de la classe ouvrière et le fait de montrer les rejetés du lycée comme des gens cool. Et puis Clueless d’Amy Heckerling – ma sœur et moi le regardions tout le temps. De la mode et des années 1990, non stop ! Un casting entièrement féminin !

Trois personnages de fiction qui t’ont aidé à t’affirmer ?
Peggy la cochonne [personnage de la série télé Muppets, ndlr] – je la trouve HILARANTE et puissante. Elle est fashion, féministe, fais des blagues et de la musique… Le pack complet ! Idgie Threadgoode – Beignets de tomates vertes est un de mes films préférés de tous les temps. Idgie est un tomboy à l’ancienne, elle est courageuse et trace son propre chemin. Je suis tout de suite tombée amoureuse d’elle. Et puis Ursula, la sorcière des mers [dans La Petite sirène de Disney en 1989, ndlr] – c’est une grande gueule haute en couleur pleine de pouvoirs et SES CHEVEUX !

L’actrice sur laquelle tu avais un crush quand tu avais 23 ans ?
Martha Plimpton – je l’aime depuis les Goonies ! Je la trouvais incroyable, drôle, canon. Je l’ai aimée dans Portrait craché d’une famille modèle de Ron Howard, dans Pecker de John Waters et dans 200 cigarettes de Risa Bramon Garcia. Encore aujourd’hui, elle participe toujours à des super projets.

Tes trois films punk préférés ?
Born In Flames de Lizzie Borden, Paris is Burning de Jennie Livingston et Female Trouble de John Waters. Quand je vivais en Arkansas, j’avais besoin de films qui me parlent et me rechargent. Divine est un génie absolu, une véritable punk, une outsider !

Un film que tu ne peux pas regarder plus de trois minutes ?
N’IMPORTE QUEL FAST AND FURIOUS ! Ça me saoule ! Je suis pas une “fille à bagnoles” ou le genre de personne qui aime la vitesse, alors la combinaison des deux, c’est pas du tout ma came…

Trois réalisateurs que tu aimerais voir réaliser un biopic sur ta vie ?
John Waters, évidemment ! C’est le roi des freaks, il a tellement de compassion et d’amour pour les gens. Penny Marshall, elle a fait plus de films géniaux qu’on ne peut en compter – Une équipe hors du commun ?!?!?! Ça veut dire qu’elle pourrait faire en sorte que Rosie O’Donnell joue mon rôle ! Gus Van Sant, il est tellement gentil et a un regard si merveilleux. Et Miranda July. Ça fait quatre, désolée, mais ils pourraient peut-être coréaliser le film ?


: “Fake Sugar”
de Beth Ditto (Columbia / Sony Music)
Sortie le 16 juin