Peut-on concilier le couple et la fête ? L’amour et l’amitié ? Réponse dans une comédie habile sur le désordre que mettent les sentiments dans nos vies.


À quoi tient une bonne comédie ? À voir Ami-Ami de Victor Saint Macary, on constate qu’il ne s’agit pas d’en faire des tonnes mais d’être juste, simplement juste. Loin des machines à vannes qui trustent le box office français depuis quelques années, cette comédie légère et maligne a retenu la leçon des meilleurs (Blake Edwards, James L.Brooks) en capturant avec humour quelque chose de notre bordel intérieur. Vincent (William Lebghil, merveilleux Droopy) envisage la fiesta permanente avec sa coloc et meilleure amie Néfélie (Margot Bancilhon). Sauf que Vincent tombe amoureux de Marie (Camille Razat), la fille parfaite, et qu’au fond de lui, bizarrement, il n’a pas envie que l’une connaisse l’existence de l’autre. Par le biais de ce vaudeville amicalo-amoureux, Victor Saint Macary fait le portrait d’une névrose générationnelle. L’engagement et la stabilité sont-ils compatibles avec l’idée qu’on se fait de sa jeunesse ? Piégeant son héros fuyard dans ses propres mensonges et contradictions, le film tisse une vraie/fausse romcom enlevée sur l’engagement et l’apprentissage, non sans égratignures, de soi. Drôle, ponctué de punchlines efficaces (Jonathan Cohen, en meilleur pote, est comme d’habitude parfait) et porté par un trio de jeunes acteurs réjouissant, Ami-Ami séduit et étonne par sa manière de remettre un peu de sens et de sentiments dans la comédie française.


Ami-ami de Victor Saint Macary
Le Pacte (1h26)
Sortie le 17 janvier