Du temps, il en aura fallu au Sénégalais Alassane Diago, pour revoir ce père qui avait subitement quitté le foyer alors qu’il était encore enfant. Durant des années, Diago n’a reçu aucune nouvelles de son géniteur, avant de s’envoler pour le Gabon afin de rencontrer cet homme, qui a refait sa vie aux côtés de sa deuxième épouse et de leurs enfants. C’est en grande partie chez eux qu’il a tourné, pendant un mois et demi, cet émouvant documentaire. Sans qu’une once de violence ne fasse déborder ces retrouvailles, le fils blessé ouvre un long dialogue en plans fixes – comme pour créer entre eux une routine – avec son père taiseux. Au tournant d’une banale conversation sur le cinéma ou sur les chèvres que ce dernier élève avec dévouement, le cinéaste, futé, aborde le sujet qui lui brûle les lèvres : pourquoi a-t-il été abandonné avec sa mère, qui épingle encore sur ses murs des photos de cet ex-époux et s’en remet à Dieu pour justifier son départ ? À la fin du film, une étrange inversion se produit : alors qu’Alassane Diago, d’habitude hors champ, s’intègre dans sa deuxième famille et passe brièvement devant la caméra, l’image de sa mère, absente, nous revient en boucle à l’esprit.


: d’Alassane Diago
JHR Films (1 h 50)
Sortie le 20 février